Manteau d'Arlequin

Arlequin était un personnage du théâtre italien. Il a donné son nom à plusieurs éléments de l'appareil scénique. On appelle draperies d'Arlequin les tentures situées à gauche et à droite de la scène et qui servent latéralement à déterminer le cadre de scène. Le manteau d'Arlequin permet, lui aussi, de délimiter ce cadre de scène mais en hauteur.

L'expression "Place au théâtre!" est employée traditionnellement par le régisseur pour signifier au personnel qu'il faut laisser la place aux comédiens.

Côté Cour et côté Jardin

Comme sur les bateaux, on ne dit pas "droite" ou "gauche" dans un théâtre. On dit, entre gens de scène, côté cour et côté jardin.

Il existe un moyen simple pour ne plus confondre le côté cour et le côté jardin. Il faut imaginer le mot Jésus-Christ écrit sur le rideau du théâtre. Les lettres J de Jésus et C de Christ nous indiquent de quel côté se trouvent le J de Jardin et le C de Cour.

Comme pour les bateaux, ces termes particuliers pour droite et gauche ne résultent pas d'un simple souci d'originalité. Dans un théâtre, la droite et la gauche ne sont pas du même côté selon qu'on est un spectateur regardant la scène ou un acteur regardant la salle.

Les mots cour et jardin se rattachent... à la Révolution française. Avant cette révolution, on disait côté de la Reine pour le côté gauche et côté du Roi pour la droite. Pour ne pas les confondre, on se souviendra que dROIte contient le mot roi.

Après la révolution, et peu avant l'exécution du roi Louis XVI, ces dénominations vont être changées. On parlera alors de côté cour et de côté jardin. Le point de départ étant fourni par le théâtre du château des Tuileries (proche du Louvre). Le côté jardin renvoyait au jardin des Tuileries et le côté cour à la cour du Carroussel.

Frises, Cintres, Herse, Rampe

Les Frises sont les bandes de tissu qui empêchent de voir ce qu'il y a au-dessus de la scène.

On parle de cintres pour désigner tout ce qui, au-dessus de la scène, est généralement caché par les frises (service de chaque côté du plateau, passerelles reliant les services, grille surplombant le tout). La herse est l'ensemble des projecteurs situés dans les cintres.

La rangée de lampes située devant la scène, au ras du sol, de chaque côté du trou du souffleur, quand il existe, est la rampe. De là vient l'expression être sous les feux de la rampe pour parler d'une personne faisant l'objet d'une grande attention de la part du public.

Du fait des progrès dans la construction des projecteurs, la rampe tend à disparaître. Ces projecteurs sont appelés familièrement casseroles ou gamelles.

On parle souvent d'appuyer un décor ou de charger un décor. Appuyer un décor, c'est le faire remonter dans les cintres; le charger c'est le faire descendre.

L'histoire du théâtre occidental débute avec les cérémonies religieuses de la Grèce antique. À ces occasions avait lieu le concours de tragédie. Chaque auteur était subventionné par un mécène et devait présenter une tétralogie (trois tragédies et un drame satyrique), ces quatre pièces étaient jouées à la suite dans la même journée. Le spectacle se déroulait dans un théâtre (theatron) de plein air. Le mot amphithéâtre n'était pas utilisé par les grecs, mais plutôt par les romains. suite...