Sur le THEATRE du GRAND-GUIGNOL


Oscar Méténier

  Le mot "Grand-Guignol" désigne, à la fois, un lieu et un genre. Aujourd'hui, si le lieu existe toujours en tant que bâtiment, il ne fonctionne plus comme théâtre. En revanche, l'expression "Grand-Guignol", comme sa forme adjectivée "grand-guignolesque", circule dans la langue : elle signifie sanguinolent à l'excès, au point d'atteindre au grotesque et, par contrecoup, au comique. Ce mot s'est mis à exister très vite dans la langue, dès la mise en place du genre, dans les premières années du 20ème siècle.

Le mystère dont le mot est enveloppé n'a pas manqué de contribuer à sa rapide adoption comme au succès du genre.
En 1897, Oscar Méténier, fonctionnaire de police, achète un théâtre au fond d'un impasse pour faire jouer ses pièces désormais refusées par André Antoine, le créateur du théâtre libre.
Séduit par la tonalité naturaliste des oeuvres d'Oscar Méténier, Antoine avait monté cinq pièces de cet auteur. Mais Antoine est obsédé par la nouveauté et terrorisé par le moindre signe de saturation; il souhaite donc renouveler ses auteurs. Chronique au journal l'Information, il n'a cessé de prédire le prochain déclin d'un genre à peine naissant. De plus, Méténier eut à subir les interdictions de la censure dramatique. Sa pièce "En Famille" fut interdite de représentation en 1889, jusqu'à ... suite

     

Le 5 janvier 1963, le petit théâtre de l’impasse Chaptal à Pigalle fermait ses portes : les décors et accessoires étaient vendus aux enchères. Ce théâtre qui avait connu un succès considérable à la belle époque, attirant les amateurs de sensations fortes, ne faisait plus recette, boudé par un public marqué par les horreurs de la seconde guerre mondiale.

Depuis 1898, le Grand Guignol avec ses crimes, ses déments, ses tortures, son bric à brac érotico-sadique, attirait « certains estomacs exigeant les épices des rebuts du Music Hall. » disait F. Mauriac.

Paula Maxa, surnommée la Sarah Bernhardt de l’impasse Chaptal, se rappelle dans ses mémoires avoir été « flagellée, coupée en tranches, passée au laminoir, ébouillantée, saignée, vitriolée, désossée, pendue, enterrée vivante … »

Je me souviens être allé au Grand Guignol, avoir frémi cherchant en vain les trucages « live » et sans les moyens électroniques actuels.
De nombreuses « piécettes » du répertoire mettaient en scène des médecins, surtout des neuropsychiatres et des chirurgiens, et contenaient un message critique de la médecine au début du siècle. Plusieurs auteurs étaient médecins eux-mêmes ou issus du monde médical. André de Lorde, un des auteurs les plus cotés, bénéficiait des conseils éclairés d’Alfred Binet, physiologiste et psychologue célèbre (1857-1911), professeur à la Sorbonne, fondateur d’un laboratoire de psychologie expérimentale et inventeur d’un test d’intelligence. Il apporta aux drames grand-guignolesques une rigueur physiologique et une pertinence nosologique et contribua à dénoncer certaines pratiques du monde médical. Nous en citerons quelques exemples.


 

 

« Le chirurgien de service » (1905) est une satire violente du carcan administratif de l’Assistance Publique de Paris. Sous peine de sanctions, un interne ne pouvait opérer hors la présence d’un chirurgien. Une jeune femme est admise à l’hôpital pour une grossesse extra-utérine rompue. L’interne refuse de l’opérer en l’absence du chirurgien et elle meurt exsangue. Cette scène illustre en outre la saleté de la salle de garde, l’insensibilité peut-être apparente des médecins et le langage cynique et grossier des internes.
« Le professeur Verdier » (1907) ne retrouve plus une pince en or qu’il considère comme son fétiche : « Dans quel ventre l’ai-je laissé ? » Il projette de réopérer plusieurs patients sous les prétextes les plus divers mais heureusement il finit par retrouver la pince dans un sucrier!
Dans « Le labo des hallucinations » (1916) l’auteur critique les expériences sur le cerveau pour étudier les mécanismes de la douleur ; un chirurgien, pour se venger de l’amant de sa femme, efface son intelligence et sa mémoire, sans le tuer.

 

 

Histoire détaillée (en Anglais seulement) et photos du théâtre du Grand Guignol
http://www.grandguignol.com/history.htm

Grand Guignol, article de l'encylopédie en ligne Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Guignol

Article sur les pièces du théâtre du Grand Guignol
http://www.md.ucl.ac.be/ama-ucl/grandguignol24.htm